Accueil > Blog Vietnam > Tourisme industriel.

Tourisme industriel.

dimanche 8 février 2015, par Jean Landré

Dimanche 8 février.
Ce jour là est une des journées libres. Jean les surnomme "jours blancs". Ils sont prévus pour se reposer mais en fait, généralement ce sont les jours le plus originaux, ceux dont on se souvient le plus. Ce dimanche 8 février ne fait pas exception.

La semaine dernière, nous avons accepté, via Mimi, une invitation du papa d’une de ses amies qui "voulait nous rencontrer". Bizarre ! Ce Monsieur, patron d’une fabrique de literie souhaitait nous faire visiter ses usines. Mimi a synchronisé toute l’opération de la journée avec le minibus de Happy Luan et son chauffeur, que nous connaissons très bien maintenant. A 09:30 précises, il vient nous cueillir toujours au même "Classic Hôtel" de Hanoï ce dimanche matin. Six personnes sortent du bus pour nous saluer.

Voilà ce que j’ai retenu des présentations. Il y avait la famille de Mimi : Papa, Maman et Nhaï que nous connaissons. Il y a également Ly, le mari de sa copine chez OXFAM, et ses deux enfants. Ly a fait son doctorat d’économie du développement près de Clermont-Ferrand. Il parle bien français et jouera le rôle d’interprète avec l’industriel. Le minibus est tout juste assez spacieux pour contenir les 10 personnes et le chauffeur !

Jean surveille le parcours sur son GPS. On se dirige au sud de Hanoï vers le domicile de l’industriel, ou plutôt la maison de sa fille, Mrs HA qui vient saluer toute la délégation. On échange les cadeaux : une belle gerbe de fleurs, des bonbons et des ballons à gonfler pour les enfants. On ôte nos chaussures pour prendre des chaussons kitchs. Mrs HA présente son mari, M. SON, sa maman et son papa industriel : Dr PHAM VAN TUAN, son fils de 14 ans Nam Anh et ses deux filles dont Phuong, celle de onze ans, qui va nous jouer du piano (Brahms et une composition vietnamienne).

Un jus de fruits nous est offert à l’intérieur de la maison. C’est luxueux. Jean remarque qu’il y a deux pianos dans le salon, dont un 1/2 queue. TUAN s’enquiert de la façon dont Josette et Mimi se sont connues. La réponse est assez compliquée, nous l’avons évoquée en tête de chapitre.

Usine HANVICO.

M. TUAN est très connu et respecté dans Hanoï. Avec ses trois usines, il emploie plus de 3000 salariés. C’est également un mécène. Il a financé entre autres, la construction de trois pagodes. Il a 67 ans et a débuté son affaire HANVICO en 1999.
 HAN signifie Corée,
 VI c’est Vietnam
 CO comme Compagnie.

Lors de la visite qui suit, on apprendra qu’il a fait ses études et un doctorat entre Moscou et la Corée du nord. Il parle Russe, Coréen et un peu anglais. Les visiteurs vont se répartir entre la superbe Mercedes du ’Patron’ et notre minibus pour rejoindre en un quart d’heure la première usine de 1200 M2 qui produit plus particulièrement des couvertures et des draps.

La seconde usine à trois Km de la première produit des lits et des matelas. Pourquoi HAN pour Corée ? demande Jean. Ce n’est pas une association comportant des coréens mais une évocation de la technologie coréenne utilisée pour les fabrications des literies : des machines à coudre monstrueuses pilotées par ordinateur pour réaliser des logos familiaux ou des marques d’hôtels. Les salariés des usines travaillent 10h par jour. Aujourd’hui dimanche la majorité du personnel est au repos, sauf un atelier qui doit terminer une commande urgente.

A l’entrée de chaque usine, M. TUAN a fait installer une volière avec des perruches et des paons... pour les chants d’oiseaux et la majesté du Phénix.
A 12:30 tout le monde reprend les véhicules pour aller déjeuner, à 30 Km de là, dans un restaurant en pleine campagne, qui s’est installé en surplomb du fleuve rouge.

Poissons vivants pour le restaurant.

On y mange des produits du fleuve : Un poisson d’une dizaine de Kg est "pêché" dans un premier bac. Des toutes petites écrevisses également conservées vivantes dans un bac sont sorties à l’épuisette pour être immédiatement ébouillantées. M. TUAN assigne les meilleurs places à ses invités européens, face au fleuve.

Toasts à la Vodka.

Quatre bouteilles de Vodka sont apportées près de M. TUAN, ainsi que des petits verres. Josette, Dominique, Martine et Jean se regardent d’un air entendu, sorte d’alerte entre eux pour ne pas vider les verres cul sec lors des nombreux toasts que vont échanger les vietnamiens. Ce déjeuner est un repas de riches. Il n’y a pas de riz. Le gros poisson que l’on a vu frétiller à sa sortie du bassin nous est cuisiné de trois façons différentes, toutes excellentes. Les meilleurs filets en beignets, la partie centrale est la plus difficile à goûter pour les français qui doivent extraire des morceaux avec les baguettes et enfin la tête, accompagnée de légumes goûteux, dans une soupe, servie en fin de repas. Il aura suffi d’un seul poisson pour les 17 ou 18 invités.

Une dernière surprise attend les invités au moment de repartir : chaque dame se voit offrir une couette colorée ainsi que les taies de coussins assorties et deux serviettes de bain de la maison HANVICO. Nous verrons ultérieurement si les valises acceptent ce genre de souvenir...

Pêchers en fleurs pour le Têt.

Les préparatifs du Thêt sont vraiment visibles dans la banlieue du sud d’Hanoï que nous traversons. De nombreuses pépinières de pêchers en fleurs qui doivent amener bonheur et prospérité pour l’année nouvelle qui va s’ouvrir le 19 février ; année de la chèvre.

A l’arrivée à l’hôtel, deux heures plus tard, Mimi n’oublie pas de prendre notre cadeau, son arbre Kumquats pour décorer sa maison.

Article précédent : Baie de Ha Long terrestre.
Article suivant : Vogue la galère.

Portfolio

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.