Dimanche 22 février.

JPEG - 282.2 ko

Changement de rythme depuis l’arrivée de Mimi (la fille adoptive de Josette) avec son mari et sa fille. Ils sont arrivés de Hanoï par avion hier et nous devons passer trois jours ensemble. Un petit mot roulé dans notre clé de chambre nous informe qu’il faut prendre le maillot de bain et une serviette pour se retrouver à 10h à la réception et aller sur l’ile. Quelle ile ? Mimi a tout prévu.

JPEG - 836.8 ko

Le grand taxi vert qui nous enlève tous les sept en direction de la villa de Bao Daï. La villa de ce dernier empereur est juchée sur un rocher au sud de la plage. La voie est étroite ; comment vont se débrouiller les deux bus au sommet de la côte ?

JPEG - 1.4 Mo

L’un deux recule jusqu’au parking de la petite crique, au dessous de la villa. Là nous attend un hors-bord loué pour la journée. Bravo Mimi !

Trois escales avec des surprises renouvelées chaque fois.

Les casseroles.
Le pilote met plein gaz pour rejoindre l’une des iles où, première surprise ! deux casseroles nous attendent pour observer le fond marin à travers une vitre.

JPEG - 587 ko

Que de risques pris pour monter là-dessus. Martine avait tellement peur de passer à l’eau qu’elle a laissé son appareil photo sur le cris-craft. Ils sont quatre, dont la petite Nhiaï, plus le pagayeur sur leur casserole et nous sommes trois sur la nôtre. La "croisière en casserole" n’a duré qu’une petite demie-heure mais elle restera dans le mémoires.

JPEG - 458.8 ko

Nous avions vu des gosses, dans la baie d’Ha Long s’embarquer là-dessus, sans imaginer qu’un jour, ce serait notre tour ! L’eau est tellement claire qu’on dirait que la casserole est suspendue en l’air ! Sous la coque, la limpidité de l’eau est confirmée. Les coraux sont présents à portée de main mais on ne voit pas beaucoup de poissons.

JPEG - 1.3 Mo

La baignade.
Un coup de moteur et nous voici à l’abri du vent près d’une autre petite ile. Il n’est pas évident de franchir la coupée du bateau mais chacun fera les efforts nécéssaires pour prendre son premier bain au Vietnam dans une eau si claire !

JPEG - 2.3 Mo

Le restaurant flottant.
Midi est arrivé et le breakfast succinct de l’hôtel semble bien loin. Mimi et son mari ont tout prévu, en particulier arriver assez tôt sur le restaurant flottant, avant le gros des touristes. Une seule table est installée. On reconnait Mrs HA, la copine de Mimi, la fille du patron de HAVINCO qui nous avait invités le 8 février pour visiter son usine (voir Tourisme industriel.). Il y a même Phuong la jeune pianiste !

JPEG - 2.5 Mo

Le restaurant est entouré de viviers dans lesquels les clients choisissent les fruits de mers et désignent leurs préférences de telle ou telle sorte de poisson. Le contenu de l’épuisette est pesé et part en cuisine. Le temps de s’installer sur les petites chaises, à la vietnamienne et les crustacés cuits sont sur la table ! C’est un régal. La tête du poisson est présentée en soupe. Le "corps" vient ensuite. C’est un peu difficile à dépiauter avec les baguettes. Jean sort son couteau et prépare les morceaux avec une fourchette.

JPEG - 548.9 ko
JPEG - 697.6 ko

Quel est donc le nom de ces "clams" énormes et tendres ? Martine tente un mot : des "abalonnes" ? Personne ne connaît ! Est-ce une fleur, un motif de broderie ou un mot anglais ?

JPEG - 625.1 ko
JPEG - 289.3 ko

Farniente sur la plage.
En fait, la quatrième escale n’est pas une surprise. C’est ce que nous attendions tous : un repos bien mérité après les secousses du hors-bord... Une repos sur une plage de sable fin en sirotant une noix de coco ou en observant les ’fils dentaires’ à la brésilienne chez certaines dames !


Un petit point de détail, ajouté après la rédaction de cet article. Dominique et Jean ont eu un petit creux à l’estomac.

JPEG - 626.4 ko
Crêperie "chez Patrick".

Ils sont allés commander une crêpe bretonne chez Patrick, juste à côté de l’hôtel. C’est dans un décor de cave mais en rez de chaussée et peu visible de la rue. Ils étaient passés la veille et pensaient que c’était fermé. Le patron, Patrick, vêtu du tablier de sommelier est venu les saluer et raconter qu’il avait créé cette boite de nuit, voici dix ans. Deux sortes de clientèles se succèdent. Des jeunes, avant onze heures, des vieux, ensuite. C’est curieux, Dominique aurait pensé l’inverse ! Des chanteurs se sont succédés. Puis un orchestre gipsy, composé de guitaristes philippins s’est installé. Un couple s’est mis à danser.

Article précédent : Mi-temps du périple.
Article suivant : Après la casserole, la soupe !


info portfolio