Accueil > Cure de paysage > Orage sur Venise

Orage sur Venise

jeudi 25 décembre 2008, par Jean Landré

JPEG - 50.2 ko

Pourquoi les lecteurs du blog "cure de paysage" se plaignent-ils ?

- D’une part, ils ne retrouvent plus les nouvelles de Chine au quotidien.
- d’autre part, ils ne comprennent toujours pas ce que Jean est parti faire en Chine.

JPEG - 31.5 ko
Charette.

Pour sa défense, il faut avouer que le rédacteur était ’charette’ pendant toute la semaine, raison pour laquelle les deux observations sont liées. Jean s’est envolé vers la Chine comme assistant de communication sur le projet "JiuXian Garden". Il présente tout d’abord un forte connotation architecturale et sur ce point, Jean ne connait pas grand chose. Ensuite, il ne s’agit plus d’un ’projet’, mais d’une réalisation en cours (d’où le qualificatif ’charette’ bien connu des architectes). Comme il est urgent de communiquer, les tâches qui ont occupé notre rédacteur ont été variées :

Word - 81 ko
Liste des tâches

- Liste des tâches (original en anglais) à relire, valider, traduire en français. Il s’agit du document ’pivot’ sur lequel les étudiants ont conçu des illustrations. Ils ont également traduit ce document en chinois.

Excel - 98.5 ko
Simulation financière

- Simulation financière sur Excel [1]
- Préparation des illustrations d’une présentation .ppt Merci à Nicolas pour les illustrations et enchaînements que son Mac digère mieux que les PC du reste de l’équipe.
- communication du fichier PowerPoint et enregistrement sur le serveur de l’enchainement des images de la présentation. (Cliquerici) pour voir !

Word - 46 ko
Business Model

- Buisiness model à traduire dans les trois langues (Anglais, chinois et français) et à mettre en ligne.
- Mise à jour des sites Chinalandmarks et DaST
- mise au point de la press release pour la publication sur la rubrique en chinois de Chinalandmarks. Habilitation de Ye Ziteng comme rédacteur.

JPEG - 31.8 ko
à gauche, une idée du travail de restauration.

Cette réalisation fait ainsi suite aux élucubrations nées l’an passé (2007), lors d’une invitation reçue par Frédéric, de la part d’architectes chinois. Ces derniers avaient retenu, dans la presse de Canton, un article sur les distinctions octroyées par le Prince Charles, concernant deux réalisations d’un français, à Lagarde (Gers) et à (Belmonte) au Portugal. Venise, ou plus exactement la Charte de Venise [2], représente le dénominateur commun de ces réalisations européennes auxquelles le "JiuXian Garden" vient se raccrocher.

JPEG - 47.1 ko

Arrivée de Maria

JPEG - 50.3 ko
Franchissement du seuil de ’Villa Maria’ N° 21 par les amoureux.

Madame Maria Coustols arrive enfin. Le lendemain de son arrivée, première activité : visiter la maison 21 dite aussi « Villa Maria » où les travaux ont commencé. Il fait froid. ‘Naughty Boy’, comme le surnomme Ye se précipite vers le nouveau village, emmitouflé dans son paillon. Conformément à la pratique française, il prend Maria dans ses bras pour lui faire franchir le seuil de la nouvelle maison... des jeunes mariés.

Coup de gueule

JPEG - 42.5 ko
Je veux ça !

Catastrophe ! Alors que le ciment ne devait être utilisé que pour l’étanchéité du sol de la salle de bains, Fred découvre les ouvriers entrain de remonter les murs de droite et de gauche… au ciment. Difficile à vivre. Les ouvriers ne comprennent pas que Fred ordonne la démolition immédiate de ce qu’ils viennent de faire.

La chaux (Lime mortar)

JPEG - 82.6 ko
Ciment, pas question !

A l’occasion de la restauration de cette première maison, et si l’on veut appliquer la Charte de Venise au pied de la lettre, le ciment est à proscrire [3]. De plus, la fabrication du ciment est très polluante. Elle demande beaucoup plus d’énergie génératrice de CO² que la chaux. Concernant le montage du mur (moellons ou adobe), les ouvriers chinois ont capté un beau ’coup de gueule’ en anglais, traduit diplomatiquement par Ye. La visite sur le chantier était impromptue, les ouvriers montaient consciencieusement leur mur avec du ciment alors que c’était interdit par le patron. Hou là-là !

Charte de Venise, application douloureuse.

JPEG - 79.6 ko

"C’est comme à Lagarde, et toujours difficile à faire passer au début des travaux. Ensuite les gars sont fiers d’avoir fait quelque chose de bien. Même ici, en Chine, je ne transigerai pas", commente t-il. En effet, par Lù et Joyce interposés, il a fait détruire l’ouvrage.

Une verrue

JPEG - 38 ko

En revenant, Fred traverse les ’Paddy fields’ qui séparent le chantier de la Villa Maria N°21. Il pointe du doigt les réalisations qu’il faut éviter... comme cette maison de deux étages mise en chantier depuis son dernier voyage de Juillet. Du béton et deux étages, au-dessus des toits du village Ming. "Il faut absolument que le gouvernement prenne des mesures de protection des monuments historiques pour éviter les chantiers pirates comme celui-ci !"

Article précédent : Yin, la copine de Jean.

Article suivant : Trêve des confiseurs.


[1Les simulations financières accompagnent le ’feasabality project’ qu’il faut communiquer le plus vite possible au Gouvernement de Yangshuo afin d’obtenir le feu-vert pour créer la Sarl JVLLC. Les projections imposées sont sur QUINZE ans. Les résultats sont positifs, des la première année. Pas évident, mais bon ! La traduction sino/anglaise des tableaux de chiffres était facile pour les cellules financières, mais un peu moins pour les libellés. Merci aux traductions brutes de Google et aux corrections de Ye.

[2La Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite charte de Venise, est un traité qui fournit un cadre international pour la préservation et la restauration des bâtiments anciens. Elle a été approuvée par le IIe Congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques, réuni à Venise du 25 au 31 mai 1964.

[3Extraits de la Charte de Venise, concernés par le ’coup de gueule’ :

La restauration ... a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne...

Lorsque les techniques traditionnelles se révèlent inadéquates, la consolidation d’un monument peut être assurée en faisant appel à toutes les techniques modernes...

Les éléments destinés à remplacer les parties manquantes doivent s’intégrer harmonieusement à l’ensemble... afin que la restauration ne falsifie pas le document d’art et d’histoire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.